TPE : peut-on négocier le loyer d’une LOA professionnelle ?

Le leasing, ou LOA (Location avec option d’achat) est un investissement couramment utilisé par les petites entreprises pour bénéficier de véhicules professionnels, qui peuvent être utilisés pour l’activité mais également, pour les gérants de TPE, dans le cadre privé. L’intérêt de ce type de location réside dans le fait qu’il passe en charge sur l’entreprise en apportant un avantage en nature majeur au gérant, sans charges supplémentaires inhérentes à une hausse de rémunération.

Si le leasing a le vent en poupe ces dernières années, la crise du COVID-19 a sévèrement chamboulé le marché, générant des hausses substantielles en matière de tarification. Quelles sont les règles régissant cette dernière ? Est-il possible de négocier le loyer mensuel d’un leasing professionnel ? La réponse dans cet article.

Comprendre comment sont calculées les mensualités d’un leasing

À CONSULTER ÉGALEMENT : Pour en savoir plus sur l’achat d’une voiture

Afin de bien comprendre comment peut être négociée la mensualité d’une location longue durée ou d’une location avec option d’achat, il convient d’expliquer comment sont calculées les mensualités.

LLD pro : le bénéfice de rouler en voiture neuve

Dans le cadre d’un leasing véhicule, 5 critères entrent en compte dans l’établissement du montant des mensualités :

  • la durée de la location
  • le kilométrage annuel prévu dans le contrat
  • l’apport initial éventuel (première mensualité)
  • les services inclus dans la prestation de location (entretien, assurance, etc.)
  • la valeur résiduelle du véhicule, au terme de la période locative

La valeur résiduelle est sans nul doute le facteur n°1 pouvant influer le plus lourdement sur les mensualités. Elle dépend de la valeur neuve de l’automobile avec ses options, et (selon la marque, le modèle et les équipements optionnels) de sa valeur en occasion après la période locative.

L’évaluation de la valeur résiduelle est intrinsèquement liée à la marque du véhicule (les marques Premium étant largement avantagées sur ce point), à son type de carburation (les motorisations propres sont désormais clairement avantagées) et à l’intérêt suscité pour le modèle.

Mais les autres critères peuvent également constituer des points d’intérêt dans la négociation du loyer mensuel que l’entrepreneur devra payer.

7 leviers pour réduire le montant de votre leasing professionnel

Si la marge de négociation commerciale est souvent réduite dans le cadre des locations longue durée de véhicule, il est tout-à-fait possible de moduler les critères de choix de votre LOA, afin de réduire au maximum le montant des mensualités dont vous devrez vous acquitter.

1. Choisir un modèle adapté à ses besoins réels

D’une logique implacable, ce critère de choix permet d’agir directement sur le prix initial du véhicule loué, en évitant de se laisser emporter par l’envie d’opter pour une voiture surdimensionnée pour ses besoins.

En l’occurrence, il serait dommage de choisir un gros SUV diesel si 90% de vos déplacements sont réalisés en ville ou en milieu péri-urbain et que vous êtes seuls, n’avez rien à transporter pour votre activité et n’avez pas d’enfants. Prendre un véhicule ultra sportif si vous faites 30000 km / an serait également un mauvais choix économique, du fait d’une valeur d’achat élevée, et surtout d’un coût à l’usage inadapté.

Le choix d’un modèle avec une forte valeur résiduelle en fin de contrat permet également d’entrevoir des loyers plus modérés qu’avec des modèles avec une forte décote. Usuellement, les marques Premium allemandes sont assez bien placées à ce niveau, ainsi que certains modèles coréens : il convient donc de ne pas forcément viser une marque en particulier, mais un gabarit et un niveau d’équipements, afin de pouvoir comparer plus facilement le montant des mensualités !

2. Prévoir un apport initial plus important

Si vous le pouvez, l’apport initial (première mensualité) permet de faire baisser le montant des mensualités sur votre période de location. C’est un moyen simple, si vous avez des liquidités, de réaliser des économies par la suite, et de générer des charges supplémentaires si vous êtes en fin d’exercice comptable et que vous faites un gros bénéfice.

Un leasing sans apport initial implique de facto des mensualités beaucoup plus élevées, qui pourront grever votre budget mensuel inutilement.

3. Ajuster la durée du contrat et le kilométrage annuel

Ce sont deux critères importants dans le calcul des mensualités de votre location de longue durée avec option d’achat. La durée du contrat va influencer le montant des loyers mensuels, dans la mesure où plus la location va être courte, plus les mensualités seront élevées (la perte de valeur résiduel étant plus forte au début).

De la même manière, si vous ne faites que 10000 km annuels sur les routes, inutile d’opter pour un forfait à 25000 km : vous paierez des frais inutiles ! Adaptez votre utilisation selon le kilométrage réalisé réellement dans le cadre de votre utilisation.

4. Choisir les bons équipements et options

Bien souvent, les prix des véhicules neufs s’envolent avec le trop large catalogue d’options proposées par les constructeurs. Sur un prix de base, le montant des options peut représenter jusqu’à 30% d’augmentation si vous optez pour l’ensemble des améliorations possibles.

Le choix doit être cohérent et adapté à votre usage : si vous faites principalement des déplacements sur autoroute, opter pour un régulateur adaptatif est logique. À contrario, un système hifi haut de gamme ou un intérieur tout cuir avec sièges massants n’a pas d’intérêt si vous ne faites que de petits trajets quotidiens, au risque d’alourdir inutilement la note.

Privilégiez donc les équipements qui vous sont nécessaires, et éliminez tant se faire que peut ceux dont vous n’avez pas l’utilité réelle. Les packs d’équipement peuvent parfois être judicieux pour faire baisser la note, plutôt que d’opter pour les options séparément.

5. Se cantonner aux entretiens nécessaires à votre usage

Au-delà du véhicule en lui-même, les entreprises proposant du leasing permettent la prise en charge de l’entretien du véhicule et des assurances. Il est souvent possible de pouvoir choisir parmi différents niveaux d’entretien, ce qui permet de réduire les mensualités si vous n’êtes pas un gros rouleur.

6. Opter pour un leasing sur une occasion récente

C’est un moyen très simple de limiter le montant des mensualités, quand on sait que la perte la plus forte de valeur résiduelle des automobiles se produit durant les premiers mois. Choisir une auto de second main en LOA est donc un moyen simple de faire baisser les loyers (même si tous les prestataires ne proposent pas ce genre de service)

7. Négocier le prix au bon moment !

Tout comme pour l’achat d’un véhicule neuf, il est tout-à-fait possible de négocier le prix d’un leasing. Si la marge de manœuvre, côté fournisseur, est moins importante que dans le cas d’un achat, elle n’est pas nulle, et peut surtout survenir lorsqu’il s’agit d’une fin d’exercice comptable pour l’entreprise proposant les locations, qui la plupart du temps correspondent aux fins d’année civiles.

En effet, les commerciaux doivent remplir leurs objectifs, et sortir des stocks les véhicules restants : c’est un excellent moyen de levier pour négocier un prix avantageux pour votre LOA professionnelle !

Retour haut de page